Nos vies de Maman

Un blog de maman sur toutes nos vies de Maman !

« Je vais la tuer »……..

Sortie du bain pour Grand-Tam, Petit-Tam et Mini-Tam.

Séchage, crèmes, pyjamas. Une fois les deux plus grands habillés, je m’occupe de mon bébé. Et leur demande de mettre leurs chaussons. Pas de réponse, ils jouent ensemble, à mes pieds, près de la table à langer. Je répète :

– Les garçons, allez mettre vos chaussons.

Rien. Plus fort :

– Les garçons, allez mettre vos chaussons.

Toujours rien.

– Les garçons, vous m’avez entendue ?

– Oui, tu nous as demandé de mettre nos chaussons.

– Alors pourquoi ne répondez-vous pas et n’allez-vous pas les mettre ?

– Oui Maman.

Sortie tranquille des deux grands. Je finis de mettre Mini-Tam en pyjama et sors à mon tour de la salle de bain. Pour les trouver devant la porte, à jouer encore. Sans énervement, je leur donne à chacun une pichenette sur les fesses (pas une fessée, juste une petite pichenette pour rappeler mon ordre donné et mon autorité), avec un seul mot: chausson. Et je pars tranquillement, Mini-Tam dans les bras, vers la cuisine. Lorsque je les entend baragouiner entre eux et surprend la phrase fatidique : « Je vais la tuer ». « Oui, t’as raison, moi aussi je vais la tuer ».

Les bras m’en tombent (au sens figuré, heureusement car j’ai quand même un bébé dans les bras !). Je reste interloquée quelques instants, foudroyée. C’est tout de même terrible ces mots. Et qu’est ce que ça veut dire à cet âge, 4 et 3 ans ? Je relativise car je sais qu’ils n’en comprennent pas réellement le sens et correspondent plus au jeu de récréation auquel ils jouent actuellement quand ils vont « tuer les méchants ». Mais décide de marquer le coup.

Je reviens lentement dans leur chambre où ils sont en train d’enfiler leurs chaussons. Je les regarde longuement.

– Qui voulez-vous tuer ?

Silence gêné.

– C’est moi que vous voulez tuer ?

Silence embarrassé puis petit oui.

– C’est très grave de dire cela. Je ne vous lirai pas d’histoire ce soir car je suis trop triste pour cela. Maintenant, allez diner.

Un peu impressionnés par mon air grave mais toujours turbulents, je décide d’approfondir mes explications pendant le repas.

– Vous savez ce que veut dire tuer quelqu’un ? Vous savez que si vous me tuez je serai morte ?

– Euh… oui, tu seras dans le ciel…

– Vous savez que quand quelqu’un est mort on ne le voit plus ? Comme s’il était parti ?

– Euh…

– Ca veut dire que je ne vous gronderai plus, c’est vrai. Mais vous savez, si je vous gronde c’est pour que vous soyez des petits garçons gentils, polis, et que vous fassiez attention à vous. Alors si je ne vous gronde plus, vous risquez de devenir malpolis, désobéissants, et de vous mettre en danger. Et puis si je ne suis plus là, je ne vous gronderai plus, mais je ne pourrai plus non plus vous faire de câlins, préparer vos repas, vous embrasser… Moi je vous aime, jamais je ne dirai que je veux vous tuer, vous me manqueriez trop, je veux vous voir, vous faire des bisous, jouer, parler… Et vous voulez me tuez, vous voulez que je parte, vous ne voulez plus me voir…

Mines atterrées des garçons. Ils ont compris. Doucement :

– Alors c’est ça que vous voulez ? Vous voulez me tuer ?

D’une voix larmoyante, tous les deux :

– Non Maman, on t’aime très fort !

– Bien, alors faites attention à ce que vous dites, car ce sont des mots très graves et on peut faire mal avec des mots.

L’incident était clos, ils ont eu un peu peur mais ont réalisé ce qu’ils avaient dit et ma tristesse de l’entendre. Pas de jeux, pas de discussions, pas d’histoire avant le coucher, nous sommes restés calmes et graves toute la fin de soirée. Nous avons fait un gros câlin avant d’aller au lit, je leur ai rappelé que je les aimais très fort et que je serai toujours là pour eux.

Maintenant, je suis partagée entre ma conviction d’avoir bien fait de ne pas laisser passer ces phrases car ils faut qu’ils apprennent l’importance des mots et le mal qu’ils peuvent causer (sans parler du fait de respecter ses parents, ce qui va avec), mes doutes sur la peur que j’ai peut-être distillée en eux en leur parlant de mort, d’absence définitive, l’angoisse de les avoir trop inquiétés, bouleversés, paniqués, et mon envie de courir dans leur chambre pour les serrer fort contre moi…

Qu’il est dur d’être parent parfois !

Publicités

3 commentaires sur “« Je vais la tuer »……..

  1. Mam´engagee
    avril 4, 2013

    Je n’ai pas encore été confrontée à ce genre d’épisode, mais je trouve que tu as bien géré la situation. Certes ils ont sûrement été impressionnés, mais au moins ils ont compris la gravité de la chose. Et ne prendront plus ça à la légère.
    J’en prends bonne note au cas où.
    Bonne soirée !

  2. MumChérie
    avril 4, 2013

    Merci. Parfois, on hésite et on ne sait pas si on fait bien les choses…

  3. Claire
    avril 23, 2013

    Ici on lui apprend que justement on ne tue que les méchants et les monstres. Que c’est pour de semblant et que tuer n’est pas un jeu.
    Et je parle sans trop tabou de la mort, qui travaille Louloute depuis la mort de son poisson et avec la mort de Mufasa dans le Roi Lion.
    Je crois que les enfants sont beaucoup moins choqués que nous. La mort fait partie de la vie. Et je pense que pour eux l’absence permanente est encore quelque chose de bien abstrait.

A vous les Mamans... Laissez un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le avril 4, 2013 par dans Billets d'humeur, et est taguée , , .

Commencez ici

%d blogueurs aiment cette page :